DIOCESE DE KARA
A l'ecoute d'une fidele apres le pelerinage
Devant la porte Sainte
Porche des fideles
Sa familiarite avec les enfants
Sortie de la messe
JUBILE D'ARGENT DU DIOCÈSE DE KARA AU TOGO - 1er JUILLET 1994 -1er JUILLET 2019. CHACUN REÇOIT LE DON DE MANIFESTER L'ESPRIT EN VUE DU BIEN DE TOUS ( 1 Co 12, 7)

Actualités : JESUS CHRIST, FILS UNIQUE DE DIEU, SEIGNEUR ET UNIQUE SAUVEUR.

Dans nos villes et villages, dans nos quartiers nous faisons l’expérience de l’apparition presque quotidienne de nouvelles communautés ou religions qui proposent le salut, le bien-être à tous et parfois, apparemment, à peu de frais. Nous l’évoquions dans nos tous premiers numéros. Devant cette profusion de religions, prêchant toutes le salut, des questions se posent : « Quelle est la vraie religion ? » « Où trouver le vrai salut ? »
En réalité, le fait religieux est l’une des expériences les plus intimes et répandues dans l’humanité entière. Elle est à la fois le signe d’une quête de sens à l’existence et le désir et  l’effort d’atteindre le but ultime de l’homme. Si tous professent un seul Dieu, tous semblent ne pas avoir la même idée, la même connaissance et la même conception de Dieu. Oui, au cœur de cette expérience il y  a Dieu et le visage que lui donne l’homme. Appelé ou nommé, connu et expérimenté  différemment selon les peuples et les lieux, Dieu demeure au-delà de ce que l’homme peut atteindre ou saisir. Il en vient que, laisser à lui-même, l’homme semble ne pouvoir saisir complètement, comprendre Dieu. Où trouver donc la vraie connaissance de Dieu ?
Et par conséquent quelle est la vraie religion ? Où se trouve le vrai salut ? Nous chrétiens catholiques, nous affirmons que Jésus Christ, Fils Unique de Dieu, Seigneur est l’unique Sauveur des hommes, mais alors et les autres religions? D’où nous vient donc ce que nous savons et professons sur Dieu ? Avant d’aller plus loin il est important de dire que les questions sur Dieu, la religion et le salut se rapportent à celle fondamentale de l’identité. Qui suis-je en tant que chrétien ? Dans cet article nous allons aborder cette question de l’identité en faisant principalement appel à la Bible surtout le Nouveau Testament et en concluant par le symbole de la foi des chrétiens catholiques. Dans le prochain numéro nous verrons le chrétien catholique ou l’Eglise catholique en relation avec les autres religions et par rapport au salut.

Le livre des actes des apôtres nous dit ce que c’est qu’un chrétien : « C’est à Antioche que, pour la première fois, le nom de ‘chrétiens fut donné aux disciples’ »  Les disciples  désignent les hommes et les femmes qui, sur le témoignage des apôtres notamment Pierre, ont cru en Jésus Christ, Fils de Dieu devenu homme, mort et ressuscité pour le salut des hommes. En effet, après la mort d’Etienne, les disciples de Jésus quittèrent Jérusalem et chemin faisant ils annonçaient la Bonne Nouvelle d’abord aux juifs puis aux non-juifs, notamment les Grecs.  C’est ainsi que l’Evangile trouva racine à Antioche. 

Le chrétien est donc le disciple du Christ. Depuis les débuts les chrétiens ont été reconnus comme ceux-là qui ont choisi Jésus, accueillant son message et faisant de lui leur Maître, leur Sauveur, Celui qui leur montre le chemin du bonheur, le chemin qui mène à Dieu. C’est donc de lui que l’Eglise tient ce qu’elle croit et enseigne, ce qu’elle vit et donne au monde. C’est à Lui qu’elle obéit, lui qu’elle adore, Lui qu’elle annonce au monde. En lui elle trouve son identité, sa source, ses forces. Jésus que l’Eglise confesse est celui dont Jean parle dans son prologue : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. Tout fut par Lui et rien de ce qui fut, ne fut sans Lui. En Lui était la vie et la vie était la lumière des hommes. Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu le Fils unique qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé » C’est le même témoignage qu’il donne dans sa première lettre : « Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché c’est le Verbe de vie, -car la vie s’est manifestée et nous avons vu et nous rendons témoignage et nous vous annonçons la vie éternelle qui était tourné vers le Père et s’est manifestée à nous-, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous et notre communion est communion avec le Père et avec son Fils Jésus Christ.  »  

Tous les apôtres annoncent le même message et invitent les hommes à la conversion cela conformément à la mission reçue de Jésus lui-même : « Allez donc ; de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ».  Ces paroles de Jésus ressuscité qui se référent à son mandat d’envoi en mission des apôtres résument bien la révélation qu’il a faite de Dieu au monde ; Il nous a dévoilé Dieu comme étant un seul Dieu, Père Fils et Saint Esprit. 

Ecoutons-le dans quelques-uns des passages de l’Evangile : « Père l’heure est venue, Glorifie ton Fils afin que ton Fils e glorifie et que selon le pouvoir sur toute chair que tu lui as donné il donne la vie éternelle à ceux que tu lui as donnés. Or la vie éternelle c’est de connaître, toi le seul vrai Dieu et Jésus-Christ celui que tu as envoyé  ». « Moi et mon Père nous sommes un. » Et quand les juifs se scandalisent du fait que Jésus se fasse l’égal de Dieu celui-ci leur répond : « Sachez que le Père est en moi comme je suis dans le Père  ». De même répondant à Thomas qui lui demande de leur montrer le Père Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne va au Père si ce n’est par moi » Réagissant au fait que des grecs venus à Jérusalem adorer Dieu cherchent à le voir, Jésus dit : « maintenant, mon âme est troublée, et que dirai-je ? Père  sauve-moi de cette heure ? Mais c’est précisément pour cette heure que je suis venu. C’est maintenant le jugement de ce monde, maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors. Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre j’attirerai à moi tous les hommes. »

Ainsi, il devient clair que Jésus en qui nous croyons est l’unique Sauveur du monde. De fait, « Le Nouveau Testament en témoigne clairement : ‘ Le Père a envoyé son Fils comme sauveur du monde ‘ (1 Jn 4,14) ; ‘Voici l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde’ (Jn 1,29). S'adressant à la communauté de Corinthe, Paul écrit : ‘Bien qu'il y ait, soit au ciel, soit sur la terre, de prétendus dieux — et de fait il y a quantité de dieux et quantité de seigneurs —, pour nous en tous cas, il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et vers qui nous allons, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui viennent toutes choses et par qui nous allons’ (1 Co 8,5-6). L'apôtre Jean affirme aussi : ‘Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils, l'Unique-Engendré, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé par son entremise’ (Jn 3,16-17). Dans le Nouveau Testament, la volonté salvifique universelle de Dieu est strictement reliée à la médiation unique du Christ : ‘[Dieu] veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même, qui s'est livré en rançon pour tous’ (1 Tm 2,4-6) »  La carte d’identité du chrétien, ce qui fait l’Eglise que nous formons se résume dans le credo. Ce texte le pape Benoît XVI nous l’a justement donné comme hymne de l’année de la foi célébrée récemment. Par ce fait il nous invitait à réaffirmer, redécouvrir notre identité. Il convient d’en faire une prière du cœur, comme c’était le cas avec les fils d’Israël : «Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur ; tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force  ».  Chrétien, confesse donc ta foi, témoignes-en, sois-en convaincu et fier, d’une fierté humble et reconnaissante : « Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible. Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles: Il est Dieu, né de Dieu, Lumière, né de la Lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par Lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, Il descendit du ciel ; par l'Esprit Saint, Il a pris chair de la Vierge Marie, et S'est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et Il monta au ciel ; Il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son Règne n'aura pas de fin. Je crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie. Il procède du Père et du Fils ; avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire ; Il a parlé par les prophètes. Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir  » AMEN.

Apprenons à demander la grâce de la foi chaque jour : « Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous m'avez révélées et que vous nous enseignez par votre sainte Église, parce que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. Dans cette foi, puis-je vivre et mourir. Amen.  »

+ Mgr Jacques Danka LONGA
Evêque de Kara (TOGO)

Date de publication: 2015-04-23 Version Imprimable
Ensemble pour le Christ, Ensemble pour notre Diocèse
© 2015 Diocèse de Kara